J’ai récemment eu une discussion sur l’origine de nom de ce podcast : « Misfit ». Ça sonne un peu comme ta petite sœur qui a décidé de créer une chaîne YouTube de fitness, non ? Eh bien… Pas pour moi. L’orthographe de ce mot change tout son sens. Et je vais t’expliquer pourquoi.

La première rencontre

J’ai rencontré le mot « Misfit » pour la première fois en lisant la biographie officielle de Steve Jobs par Walter Isaacson. Le discours de la publicité pour le premier Macintosh était magnifiquement écrit par Rob Siltanen, et souvent attribué par erreur à Steve Jobs lui-même.

« Here’s to the crazy ones. The misfits, the rebels, the troublemakers, the round pegs in the square holes, the ones who see things differently. They’re not fond of rules, and they have no respect for the status quo. You can quote them, disagree with them, glorify or vilify them. About the only thing you can’t do is ignore them. Because they change things—they push the human race forward. And while some may see them as the crazy ones, we see genius. Because the people who are crazy enough to think they can change the world, are the ones who do. » 

Rob Siltanen pour Apple.

Ou dans sa version française :

« Voici pour les fous. Les marginaux, les rebelles, les anticonformistes, les dissidents. Tous ceux qui voient les hoses différemment, qui ne respectent pas les règles. Vous pouvez les admirer, ou les désapprouver. Les glorifier ou les dénigrer. Mais vous ne pouvez pas les ignorer, car ils changent les choses. Ils inventent, ils imaginent, ils explorent, ils créent, ils inspirent, ils font avancer l’humanité. Là où certains ne voient que folie, nous voyons des génies. Car seuls ceux qui sont assez fous pour penser pouvoir changer le monde y parviennent. »

Apple.

Ce mot qui venait enrichir mon vocabulaire anglophone naissant, à l’époque, était désormais glorieux dans mon esprit. Il tenait en lui la richesse de ceux qui changeaient le monde. C’était désormais un mot positif, malgré son sens premier.

Le voyage initiatique.

J’ai probablement dû l’utiliser de nombreuses fois dans ma vie sans le noter particulièrement. Mais une discussion en particulier reste marquée dans mon esprit. J’étais au Japon, lors de ce fameux voyage qui m’a permis de me découvrir moi même. Et sur place, j’ai rencontré une dame très enthousiaste et sympathique du nom de Sachi. Elle était mère et grand-mère, avait voyagé toute sa vie, avait été mariée à un Australien, avait vécu bien des choses.

Elle m’avait proposé gentiment de me balader autour du mont Fuji, étant donné que je n’avais pas de voiture sur place. Et j’ai passé une journée fantastique, à découvrir un des plus beaux endroits du monde grâce à elle. Au détour d’une discussion, et de l’explication de nos histoires respectives, ce mot « misfit » a refait surface. Nous étions arrivés à la conclusion que nous étions tous les deux « marginaux ». Et que ce n’était pas grave. Que c’était même une richesse !

Le sens du mot « misfit »

Pour moi, un « misfit », un marginal a une chance inouïe : celle de voir le monde autrement. Pas pour ce qu’il est, mais pour ce qu’il pourrait devenir. Il voit la montagne de travail qu’il faut accomplir pour bâtir sa vision et l’accepte avec humilité. Il cesse de se plaindre, et se met au boulot sans poser plus de questions, et sans devoir en faire rapport à quiconque. Il est « le vilain petit canard ».

« Votre travail va occuper une grande partie de votre vie et le meilleur moyen d’être vraiment satisfait est de faire ce que vous pensez être du bon travail. Et le seul moyen de faire du bon travail est d’aimer ce que vous faites ».

Steven Paul Jobs

C’est pour ça que mon premier blog, qui était un échec plein de leçons, se nommait « Misfit pro ». C’est aussi pour cela que je l’utilise pour le nom de ce podcast audio. C’est une réponse à mon premier échec avec ce mot. Une revanche à prendre sur mon passé. Une volonté de changer le cours des choses, un challenge. Et surtout cette promesse : Je n’abandonnerai pas.

Rendez-vous samedi sur YouTube pour un nouveau tuto vidéo, et dès lundi pour un autre de ces podcasts audio.


Denis-Q.S.

Ça fait 7 ans que je crée des vidéos, dont 3 sur YouTube. Mon objectif est de vous aider à éviter les erreurs qui m’ont fait perdre près de 5 ans dans l’apprentissage de ma passion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *